Message

Infection et maladie

Lorsque les bacilles de Koch sont inhalés et atteignent les voies respiratoires, l’organisme se défend et peut directement éliminer les BK dans 30 à 50% des cas.

S’il ne parvient pas  à les éliminer, deux scénarios sont possibles :

  • les bacilles tuberculeux restent à l’état « dormant ».  Ils sont présents dans le corps mais le système immunitaire permet de les contrôler et on n’observe donc aucun symptôme ni lésion radiologique. C’est le stade de l’infection tuberculeuse latente. L’individu n’est à ce moment pas contagieux. Il gardera un « souvenir » de l’infection et sera donc positif au test cutané tuberculinique. Ce scénario s’applique à 90% des sujets infectés par le bacille.
  • si les défenses de l’organisme sont insuffisantes ou dépassées, les bacilles peuvent se « réveiller », se multiplier, et provoquer une tuberculose-maladie, avec le plus souvent la présence de symptômes. Parmi les personnes infectées par le BK, 10% développeront réellement la maladie au cours de leur vie dont la moitié rapidement après la contamination. Par contre, chez des sujets immunodéprimés (ex : infection par la VIH), ce risque est nettement plus élevé (10% par an).

EN SAVOIR PLUS

Ces quelques notions permettent de comprendre que:

Tout contact avec un patient tuberculeux contagieux n’entraîne pas systématiquement de contamination par le BK.

Le risque d’être infecté va dépendre :

  • de la quantité de BK rejetés dans l’air par le malade contagieux
  • de la concentration des bacilles dans l’air (local aéré ou non)
  • de la fréquence des contacts et la promiscuité avec le contaminateur
  • de la qualité des défenses du sujet-contact   

Ce risque est donc plus important parmi certaines catégories de sujets qui, par leur travail, leur mode de vie ou leur environnement, ont une probabilité plus grande de rencontrer le BK, notamment les :

  • personnes socio-économiquement défavorisées
  • sujets originaires de pays à haute endémie de tuberculose
  • personnes en institution fermée (ex : prisonniers)
  • personnels de santé ou en contact avec des personnes à risque

Tout sujet infecté par le BK ne développe donc pas systématiquement une tuberculose-maladie.

Le risque de devenir malade dépend essentiellement de la capacité du sujet-contact à contrôler la multiplication des bacilles. Il est donc plus élevé chez les sujets dont l’immunité est déficiente : jeunes enfants, personnes âgées, séropositifs pour le VIH, patients sous traitement immunosuppresseur. Les enfants de moins de cinq ans sont également plus susceptibles de développer des tuberculoses graves, parfois mortelles.